[...] Pour retrouver la trace du successeur, Saucona utiliserait la mémoire de l’eau. Mais cela n’était pas chose aisée. Elle devait prélever de petites quantités d’eau à divers endroits et en visionner le contenu. La quantité déterminait la durée de mémoire comprise. Plusieurs paramètres étaient à prendre en compte, comme la zone de prélèvement ou le débit du cours d’eau. Une dose tirée d’une source née d’une infiltration livrerait des informations déjà anciennes, liées à l’épaisseur de roche traversée ; alors qu’une autre, prise dans un nuage, témoignerait de faits nettement plus récents, surtout si un vent fort sévissait ce jour-là. Dans chaque ponction, il lui faudrait donc tenir compté du temps écoulé, puis reconstituer la chronologie de chaque événement visionné. En outre, elle ne pouvait se risquer à prendre d’importantes quantités d’eau. Une brusque baisse du niveau ou un courant soudainement inversé ne manquerait pas d’attirer l’attention. Il lui faudrait donc multiplier les saisies en maintenant une discrétion maximale. Le nombre de reflets constituait déjà à lui seul un danger potentiel s’il devenait trop important. Manipuler la mémoire de l’eau était une chose. Analyser et suivre les données en était une autre. Et même si elle parvenait à retrouver la trace du successeur, elle n’aurait pas encore atteint son but car celui-ci avait pu changer de lieu entretemps.

Attendant l’arrivée des premières prises, elle se familiarisa avec l’eau de ce ruisseau pour la différencier de celle qu’elle faisait venir. Elle apprécia sa personnalité, son essence propre. Chaque source possédait sa propre substance, sa signature. Peu après les volumes retenus affluèrent. Dépourvus de corps à déplacer, ils avaient voyagé beaucoup plus rapidement. La plupart d’entre eux vinrent de l’aval et révélèrent une image au contact de Neeru. Lorsque tous les prélèvements furent là, elle les étala en éventail devant elle d’un geste de la main puis elle les passa en revue. Elle vit de nombreuses choses qui s’était déroulées là où les portions d’eau avait été prises : des femmes lavant le linge, des hommes à la pêche, des oiseaux volant dans un ciel sans nuage, des animaux en train de paître, etc. Bien des scènes bucoliques, mais aucune trace ni indice laissant deviner la présence du successeur. La trouver si vite aurait relevé du prodige. Elle savait que la tâche serait ardue. Elle renouvela la manœuvre en prélevant de l’eau à différents endroits, mais toujours dans les fontaines de la ville. Elle patienta un instant et vit apparaître sur sa droite de nouveaux reflets qui remontèrent jusqu’à elle. Avant même de les observer, elle désigna d’autres échantillons à déplacer pour perdre le moins de temps possible. Alors, commença un long défilé d’images se succédant les unes aux autres.

A la fin de la journée, Saucona parvint à trouver une vision du convoi en partance pour le sud. Bien qu’elle n’ait vu son visage qu’un instant, elle identifia aussitôt la jeune femme. Elle se trouvait bien à sa place au moment du départ. Elle ressemblait en tout point à ce qui lui avait été révélé. De longs cheveux noirs, des yeux bleus en amande et des traits fins. Qu’était-elle devenue ? [...]